News

Les oiseaux au jardin

Une mésange bleue dans le froid de l’hiver – Photo personnelle Séverine Favier

Comment les accueillir au jardin ?

En théorie, c’est assez simple, pour qu’un oiseau en particulier, ou qu’un animal plus généralement, ait tendance à venir dans votre jardin, il faut qu’il y trouve de quoi remplir ses besoins vitaux : de quoi s’alimenter, des bonnes conditions pour se reproduire et faire grandir les oisillons, un lieu où ils se sentent en sécurité vis à vis des bruits de la ville, des prédateurs, etc.

En fait, d’une manière générale, pour accroître la biodiversité de votre jardin, on peut se considérer comme l’hôte ou l’hôtesse des êtres vivants qui y vivent. Ils sont nos invités et pour qu’ils restent le plus longtemps possible, on va essayer de rendre leur séjour le plus confortable possible. Cela vaut pour les oiseaux comme bien sûr tous les autres animaux et également les végétaux.

On comprend donc qu’avant de mettre en place toute action, il convient de se renseigner sur les habitudes, les besoins, les préférences de nos hôtes.

Un petit tour du côté de L’instant Biodiv’ pourra vous fournir moult informations, notamment dans la playlist de vidéos dédiée aux oiseaux.

Dans la pratique, comment faire ?

La diversité avant tout

Chaque espèce d’oiseaux a ses besoins spécifiques : son régime alimentaire (granivore, insectivore…), son mode de vie (au sol, dans les grands arbres, dans les herbes hautes, dans les branchages, zones humides, etc.). Pour attirer un maximum d’individus, cette diversité de gîtes et de couverts doit également se retrouver dans votre jardin. Même dans un petit jardin, on peut laisser ici quelques mètres carrés d’herbes hautes, là créer un petit point d’eau ou encore un mini bosquet. Multiplier les habitats est une manière de proposer une multitude de lieux de vie aux oiseaux. De même pour leur alimentation, en donnant une large place aux arbustes à baies, aux fleurs annuelles dont les graines sèches sur pied, aux plantes mellifères qui attirent les insectes ou encore en aménageant un bassin, même petit, qui attirera un grand nombre d’invertébrés, proies de nombreux passereaux.

Un merle noir, ou plutôt une merlette noire, qui vient se mettre à table dans le cerisier – Photo personnelle Séverine Favier

Nourrissage des oiseaux, quelques règles

Il y a des périodes de l’année, par grand froid ou forte chaleur, où les oiseaux (et même plus largement les animaux, on y reviendra une autre fois) ne sont pas contre un coup de pousse de notre part. En effet, la diminution des espaces naturels réduit d’autant leur possibilité de s’abriter et de trouver de la nourriture. C’est pourquoi vous pouvez choisir de nourrir les oiseaux en hiver . Nous vous conseillons la lecture de cet article de la Ligue de Protection des Oiseaux. qui fait le point sur les bonnes pratiques : emplacement, choix de la nourriture, entretien des mangeoires.

Mieux vaut laisser de côté les boules de graisse dans les filets en plastique du commerce, elles peuvent être dangereuses pour certains oiseaux en plus de générer des déchets inutiles. Un mélange de graines : tournesol, cacahuètes et maïs concassé fera très bien l’affaire.

Rouge-gorge en plein repas – Photo personnelle Séverine Favier

Et surtout, Si on choisit de compléter l’alimentation des oiseaux en hiver, on s’engage auprès d’eux. On commence aux premiers froids et on ne s’interrompt pas jusqu’au retour des beaux jours, ils comptent sur nous !

Attention toutefois, les mangeoires peuvent devenir des lieux de transmission de maladies entre individus ou entre espèces. C’est pourquoi la LPO recommande également de les nettoyer régulièrement.

Un verdier d’Europe et une mésange bleu se disputent des graines de tournesol – Photo personnelle Séverine Favier

Le nourrissage des oiseaux n’est donc pas à prendre à la légère. On peut le faire si on considère que notre jardin n’est pas assez riche en nourriture. Mais on devrait aussi essayer de rendre les oiseaux le plus autonomes possible avec toutes les techniques dites plus haut.

L’eau, source de vie

Enfin, un aspect non-négligeable est de donner un accès à l’eau. Le site Ornithomedia.com, géré par des ornithologues amateurs, donnent de bons conseils pour mettre de l’eau à disposition des oiseaux. 

Que ce soit pour s’abreuver, faire leur toilette et même pour certaines espèces fabriquer leur nid à base de boue, tous les oiseaux ont un besoin vital d’accès à l’eau. Il est donc tout aussi important de mettre à disposition de l’eau fraîche renouvelée quotidiennement dans un contenant peu profond désinfecté régulièrement.

Moineaux au bain – Photo libre de droit Wikicommons

Ce point d’eau sera très apprécié en toute saison, particulièrement en cas de fortes chaleurs ou de gel !

Après le couvert, le gîte

La réduction des espaces naturels et leur exploitation réduit également les espaces de nidification. Les espèces cavernicoles par exemple recherchent des cavités dans les troncs ou des fissures de rochers, ou encore les interstices des pierres de vieilles bâtisses. Autant d’espaces qui ont tendance à disparaître. C’est pour cela qu’il est intéressant d’installer des nichoirs dans son jardin. Sans compter le magnifique spectacle que vous aurez alors la chance d‘observer quand ceux-ci seront occupés.

Là aussi, il faut suivre quelques règles, que l’article d’ornithomedia récapitule très bien : le type de nichoir, à acheter ou à fabriquer soi-même, l’emplacement, son entretien…

Mésange charbonnière prête à rentrer au nichoir – Photo DEFI-Ecologique sous licence Creative Commons Conditions 4.0 International (Wikicommons)

Rendez-vous le 29-30 janvier

Comme chaque année depuis 2009, le dernier week-end de janvier a lieu le comptage d’oiseaux.

Cette expérience de sciences participatives a été initiée par le GEOCA, Groupe d’Etudes Ornithologiques des Côtes-d’Armor

Le principe est très simple, vous choisissez :

  • un créneau d’une heure dans votre week-end
  • un lieu : votre jardin, un parc, etc.

Et vous notez tous les oiseaux que vous voyez !

Le détail, les infos et un guide d’identification sont disponibles sur le site de Bretagne Vivante – SEPNB

C’est un chouette moment de contemplation à partager en famille, avec ses voisin.e.s, ses ami.e.s.

Pic vert femelle

Pinson des arbres mâle

Pinson du nord mâle

Pic épeiche mâle

Mésange charbonnière femelle

Photos personnelles Séverine Favier